Coucou tout le monde!

Eh oui, c'est Mary!
Qui a décidément du mal à maintenir ce blog à jour aussi régulièrement qu'elle le voudrait. Surtout que j'essaie de ne pas laisser en friche celui côté théâtre, non plus... Du coup, le week end dernier, j'ai plus eu le temps d'écrire par ici...
Et la semaine dernière fut... occupée! Et très sympa! (ça faisait longtemps que je ne mangeais plus de sushis! :-) )

Bref... Ce dimanche, même si j'ai passé l'aprem' devant mon écran de PC à bosser (si si! Bon, et à fureter un peu sur facebook entre 2 pages parce que j'en avais un peu marre, mais chuuuut faut pas l'dire!), je prends le clavier  (après un détour par la case 'télé' quand même... parce que je me demandais quel extrait de 'Sois belge' ils avaient pris pour 'Bonnie & Clyde' ! Finalement, commencer par le début, c'est une bonne idée! Sauf que du coup je sens que Bénabar va me trotter en tête, après Renan Luce jeudi!!)... bref, je prends donc le clavier ce soir encore pour un ch'tit billet!
Au titre un peu ambigu, car ceux qui répondraient que c'est Perceval qui relance de 15 auraient raison! (j'aurais dû parler de relance au 16 en fait!)
Car je ne vais évidemment pas vous parler de jeux du Pays de Galles, ni d'ailleurs de Kaamelott!!

Par contre... Je vais vous parler de relance!
Eh ou, il semblerait que ce soit le mot à la mode de cette fin d'automne, non?
Relance du communautaire (ça c'est pour faire mentir mon billet précédent où je croyais que la crise avait éclipsé ces sujets, même si le MR (re)lançait la campagne!)... Mais pas vraiment de relance du dialogue inter-institutionnel on dirait!
Plan de relance... de relance... de la faute sur les autres? De ses responsabilités vers les collègues? Relance de la patate chaude!! ;-)
Et puis bien sûr, plan de relance de l'économie pour tenter de contrer la récession qui se pointe, relance de grands travaux, et relance des discussions autour du budget...

Ah, le budget... Vous avez entendu? Ils sont quand même incroyables, nos politiques, non?
Ce midi, quelques ministres (une cdH, une MR, un PS) nous disent fièrement qu'ils sont tombés d'accord, au gouvernement, pour accepter un petit déficit exceptionnel du budget 2009, et qu'il serait de 2%, ce déficit. Puis que les discussions seraient bien avancées aussi pour envisager des baisses 'ciblées' de la TVA, temporaires, pour faire face à la crise et relancer la consommation.
Et voilà que cet après-midi, Yveke réagit en annonçant qu'il est prématuré (quoi, il est né à l'avance? Ben alors, moi aussi, c'est pas une tare, et ça ne justifie pas son inaction... ah non pardon, y'avait une suite!)... il annonce donc qu'il est prématuré de lancer diverses décisions aujourd'hui, que le gouvernement tente de mettre au point des mesures (ben oui, on sait, il TRAVAILLE!), et que rien n'est décidé ni chiffré. Donc, hop, "erase and rewind", on va faire comme si ils n'avaient rien dit...
Non mais c'est quoi ça? Dites les gars, ce serait pas le moment de faire un effort pour avoir l'air un tout p'tit peu crédibles? Ah là là...
Donc, le budget, finalement, on relance une partie et on recommence un tour?

Remarquez qu'on a l'habitude de tourner en rond! Cette semaine, quand même, j'ai eu peur... J'ai cru qu'on était reparti en arrière... non mais c'est vrai, a-t-on idée de titrer 'le médiateur consulte' ?? Je me suis dit ça y est, ils recommencent, revoilà un médiateur, et qui se sent déjà pas bien puisqu'il consulte déjà! (là, d'ailleurs, j'ai une collègue qui se disait qu'elle allait ouvrir un cabinet pour tous ces malheureux qui passent leur temps à consulter!).
Puis, ouf, j'ai vu qu'il n'était pour une fois pas question de négociations entre flamands et francophones, mais bien entre patrons et syndicats. Et comme ça n'allait pas, et qu'ils n'arrivaient pas à se mettre d'accord, le gouvernement a dû s'en mêler (comme c'est rassurant!) et pour aider, il a nommé un médiateur (non, sincèrement, vous trouvez ça rassurant vous?)...

Pourtant, selon Joëlle, on était vraiment pas loin d'un accord, selon Leterme, il fallait trouver une solution (ou travailler à des solutions?); et du coup, ils s'y sont mis aussi, patrons et syndicats, à négocier au finish, la nuit... Décidément c'est contagieux. Puis, donc, comme ça n'allait pas et qu'ils étaient dans une impasse, ben voilà, boum,  le gouvernement décide de ne pas décider... à la place des partenaires sociaux et nomme donc... un médiateur... (on commence à connaître ce scénario, non? Sauf qu'ici c'est le gouvernement qui a remplacé le roi, les patrons et les syndicats qui ont pris le rôle du gouvernement, et que personne n'a démissionné... Ca doit être ça, le changement dans la continuité...)
Décidément, tout est difficile en ce moment... Notre bonne vieille spécialité, le fameux compromis à la belge, aurait-il décidé qu'il a fait son temps? Pourtant c'était pas le moment quand même, c'est la crise (tiens, oui, laquelle déjà?)...

En tout cas, un qui n'a pas réussi à se relancer dans un conseil d'administration, c'est Davignon. Le pauvre, hein... Il n'y est pour rien, enfin, voyons, dans le naufrage de Fortis. Il venait juste parce qu'il pensait pouvoir aider... Comment ça, un ami de Lippens? Bah ouais, mais et alors?
Et alors, les actionnaires de Fortis ne l'entendaient pas de cette oreille! Ils veulent du sang neuf! Pas toujours les amis des amis qui ont des amis partout! Bah on peut les comprendre quand même!
N'empêche que ces assemblées générales ont été drôlement houleuses... Mais tout ça pourquoi? Pour l'instant, pas grand chose. On voit pas bien comment ils vont pouvoir rendre une valeur à Fortis (holding), on voit pas non plus comment revenir en arrière avec BNP Paribas, ni encore plus en arrière avec ABN AMRO (d'ailleurs à ce propos, une petite parenthèse, j'ai bien ri mercredi passé parce que... moi aussi j'y avais pensé, et je m'étais demandée ce que le néerlandais 'correct', l'Algemeen Beschaafd Nederlands, venait faire chez Fortis... Mais j'ai pas trouvé où le placer dans mes billets, alors,... je le gardais de côté, sauf que là maintenant ça va faire copié... C'est malin, hein!! :-)) OK je ferme la parenthèse!)
A propos de toute cette crise financière, je vous conseille le dossier de La Libre, avec toute une série d'articles qui expliquent les épisodes, c'est franchement bien fait, agréable à lire et pas inintéressant! J'aimais beaucoup le chapitre 10, Sarkozy reçoit les "p'tits Belges" ...

Et pendant que c'est la crise et que le gouvernement wallon lance un plan de relance (par les grands travaux publics, si j'ai bien compris, métro à Charleroi, tram à Liège, bus en site propre à Namur et Mons, en plus c'est bien c'est écolo les transports en communs, dixit André Antoine tout content ce midi. Même budget que pour ce cher Marshall ou presque, mais on vous dit qu'on fera les deux!)...
Bref, pendant ce temps, donc, il y en a un qui n'a rien trouvé de mieux que de relancer les embrouilles communautaires. Enfin, non, pas un tout seul, faut dire que le gouvernement flamand le pressait de décider et qu'ils ont dit qu'ils étaient d'accord...
Eh oui, Marino Keulen persiste, il ne nommera pas les bourgmestres des 3 communes à facilités qui ont eu le malheur de dire que la loi fédérale passait avant les décrets flamands, et qui ont donc envoyé les convocations à chacun dans sa langue. Et c'est reparti pour un tour de carrousel!

Franchement, les enfants, on devient ridicules! Parce que allez expliquer à l'étranger que des bourgmestres ne sont pas nommés parce qu'ils ont envoyé à chacun un texte dans sa langue!!
Après, les flamands vont encore nous dire que ces européens, ma', qu'est-ce qu'ils  comprennent à part le rock et le twist? (oui je sais pas pourquoi je viens de penser à Dalida et Gigi l'amoroso!)... Non, je voulais dire, ces européens, qu'est-ce qu'ils comprennent à nos subtilités belges, et au passé et au contexte et bla bla bla!
N'empêche, on a l'air malins! Surtout qu'on est sous surveillance maintenant quand même!
Le conseil de l'Europe recommande la nomination des bourgmestres. Et place la Belgique sous monitoring en ce qui concerne la démocratie locale. Génial.
Et la Flandre, mesdames et messieurs, eh bien, elle s'en fout! Ils n'ont rien compris, à Strasbourg, ils ont un parti pris, et ils ne peuvent pas contraindre, alors voilà, merci les gars, mais on continue à en faire à notre tête.

Du coup, le dialogue 'de communauté à communauté" dont on ne parlait plus trop ces derniers temps recommence à patiner!
Et hop! Les francophones se réunissent! (ding dong! ;-) ). Et relancent ... la balle dans le camp des présidents de partis flamands (ping, pong!). Qui... euh... qui ne disent finalement ni oui, ni non. Enfin si j'ai bien compris.
Bref, on est de nouveau nulle part. Krisje ne s'en tire pas mieux que Yveke, et même les francophones ne sont pas si d'accord que ça, enfin, si on en croit cet article (toujours de la Libre).
Finalement, dans ce pays, on avance, on recule ou on tourne en rond??

Bon, allez, si Perceval relance de 15, on se fait un p'tit cul de chouette? Mais avec les règles à l'Acquitaine! :-)
(oui je deviens vraiment fan de Kaamelott moi!)

Bonne semaine à vous chers lecteurs!

Mary