Coucou tout le monde!

Vous vous souvenez, dans mon dernier billet, je vous avais dit que si vous étiez sages, je vous raconterais pourquoi j'étais un peu 'Kaamelott oriented' mardi passé...
Alors...est-ce que vous avez été sages? Hmmm?

Bon, ben... tant pis,je suis de bonne humeur moi en ce moment, alors, je vais quand même vous essspliquer un peu (vous me connaissez, ça veut dire attention, long billet en perspective, quand on aime, on ne compte pas!)!
Et si du coup, ce blog se met à ressembler à un "vrai" blog (au sens initial du terme), si je me mets à vous parler un peu de moi pour une fois, eh ben... Zuuuuuut! Là! :-)
Non mais bon... pour une fois, ce sera donc un billet 'compte rendu', et comme il est question de grand écran, j'ai hésité à le poster ici ou côté jardin, puis bon finalement... Ce sera t'ici! :-)

Donc, vous l'avez compris peut-être par certaines allusions qui émaillent certains billets, je suis un peu accro à la série "Kaamelott" (si vous connaissez pas, je vous renvoie sur wiki pour une petite explication).
Voire plus qu'un peu. Mais en même temps c'est pas ma faute si, quand j'aime vraiment bien quelque chose, et qu'en plus ça me fait rire, j'ai une tendance certaine à mémoriser des morceaux! Et comme je suis du genre enthousiaste, quand je me passionne pour une chose, ce n'est jamais à moitié... (et comme évidemment tout ça est non exclusif, je cumule, avec des journées pas extensibles non plus, c'est quand même dommage. Mais n'empêche, pour ceux qui espéraient, non, le fait d'être positivement Kaamelottisée ne m'empêchera pas de sortir un "à moins que... rien" au prochain qui me dit qu'on est dans une situation absurde ;-) - oui c'est du presque vécu, je m'étais retenue à temps, il n'aurait rien capté! - )

Enfin... Bref!
Donc, mercredi passé, 25 mars, c'était direction Paris pour miss Mary!
Mot-clé/indice pour ceux à qui j'avais laissé chercher où j'allais: Rex, 2 fois!
Eh oui, le 25 mars, c'était l'avant première du livre VI (comprenez saison 6 si vous préférez) de Kaamelott au Grand Rex à Paris! (et pourquoi '2 fois' ? Parce que ce livre VI s'intitule 'Arturus Rex' ! Et qu'il plonge aux racines de Kaamelott, ou plutôt, à sa genèse, 15 ans avant le livre I... à Rome donc, d'où le titre à consonnance latine).
Donc, pour la dernière saison télé de Kaamelott (avant... le cinéma! wou ouou!), mister Alexandre Astier avait envie de réunir les fans de la série pour une diffusion en avant première d'une partie du livre VI. Dans une grande salle de cinéma parisienne.
Au départ, c'était la nuit Kaamelott, et c'était à 19h.
Là, Mary, elle le sentait pas trop... Personne dans son entourage assez accro pour se taper Paris avec elle. Et pas envie d'y passer une nuit seule ... Pourtant ça tombait bien, cette date, elle avait justement bloqué la semaine de congé, au boulot (bah oui ça faisait depuis août qu'elle avait plus pris une semaine de congé complète alors quand même!).

Et puis... un super site qui suit l'actu Kaamelott m'informe d'une séance supplémentaire à 11h. Là, tout de suite, je me dis que c'est plus envisageable.
Bon allez, est-ce que je suis à ce point fan de Kaamelott que pour me faire l'aller-retour Bruxelles-Paris en Thalys sur la journée, juste pour découvrir la saison 6?
La réponse m'a étonnée moi-même: indubitablement, oui!
Hop, vive Internet, réservations faites! Super!

Alors forcément, quand j'ai écrit mon billet le 24 mars... j'étais un peu... euh... excitée (? mais non enfin!)... impatiente (comme si!)... Bref, très orientée Kaamelott déjà.
En plus, j'avais réussi à m'arranger avec une internaute poseuse de questions pour qu'on se retrouve sur place, histoire de partager les premières impressions.

Mercredi 25 mars. Beaucoup trop tôt pour un jour de congé. Réveil qui sonne. Tentative de déjeunage, pour dire (bah j'étais malade le week end précédent quand même, c'était pas encore top!)...
Bouclage de sac. Recueil des textes du livre I (le seul paru en bouquin!) glissé dedans, pour s'occuper dans le Thalys (comment, "et puis on sait jamais" ? Comme si c'était mon genre de courir après des dédicaces.
Non mais, j'en vois 2 ou 3 qui se marrent, là?  ;-)
Ok, j'avais déjà fait le coup une fois d'aller à un spectacle avec un bouquin dans mon sac. Non mais c'était particulier là. Puis quand même, une dédicace comme ça, m'étonnerait que j'en relise une de sitôt. Les acteurs de Kaamelott, ils savent pas que j'ai une plume, d'abord!!!)...
Revenons à nos moutons! :-)
Donc, petit matin, pas réveillée, dehors il fait froid et gris. Je me demande si j'ai pas un peu déconné quand même moi.
Bah non! Ca en vaudra la peine, j'en suis sûre.

Poireautage sur quai de métro. Heureusement j'ai pris de la marge, j'ai compté 1 heure pour un trajet qui devrait me prendre 30 minutes. Mais je sais qu'avec la mise en test du 'nouveau métro' (merci la STIB), c'est pas gagné...
Poireautage toujours... Finalement, je mettrai à peu près 50 min de porte à quai. (et là, je me dis que j'ai bien fait de prendre de la marge quand même!)
Je vous passe le trajet totalement endormi inintéressant en Thalys, et la suite en métro jusqu'aux environs du Grand Rex.
Une fois sur place, je constate une file pas trop énorme, mais quand même, à l'entrée. Fait rare, tout le monde est discipliné, personne ne bouscule, tout le monde affiche un grand sourire. Magie Kaamelott, effet 1 !

Quelques échanges de SMS plus tard (et un coup de fil auquel la demoiselle juste en face de moi répond! Oui quand on se connait par sites web on se reconnait pas, forcément!), je retrouve miss Arthuval (protégeons l'anonymat), accompagnée d'une amie à elle, et ayant déjà retrouvé sur place un forumeur (qui plus est, ce jeune homme a joué les figurants pour le livre VI, et on le découvrira plus tard sur grand écran! Classe!). Hop, deux Suissesses, un Breton et une Belge se retrouvent à Paris et sympathisent ! Magie Kaamelott, effet 2 !

Nous finissons par gagner nos places (pas proches, malheureusement!). Patience. Un peu de retard.
Applaudissements, pour patienter. Quelques phrases cultes qui fusent, ça et là. Quelqu'un commence à chanter 'à la volette', on reprend.
Noir. 3 cors. La salle qui retenait son souffle explose, on crie, on applaudit.
Alexandre Astier se pointe sur scène (j'aurais bien tenté le 'débaroule sur scène' mais il allait pas si vite que ça quand même!).
Et là... Magie Kaamelott, effet 3! Je dirais même effet au cube! Le sympathique et talentueux créateur (auteur, réalisateur, interprète d'Arthur, compositeur des musiques,....) de Kaamelott n'a pas le temps d'ouvrir la bouche.
D'un même mouvement, tout le monde se lève. Standing ovation, un truc énorme se passe. Tout le monde applaudit à tout rompre, acclame Alexandre Astier, qui ne s'attendait visiblement pas à ça, pas à autant, si vite. De belles minutes passent, l'émotion est palpable, le lien avec le public aussi. Un moment de partage total. Un truc étrange, digne des plus beaux concerts, et encore, en concert, c'est plutôt à la fin que ça se passe.
Du 2ème rang, je participe bien sûr, et je savoure ce moment. Alexandre Astier a les yeux qui brillent... C'est tellement chouette, quand vous appréciez le travail d'un artiste, de pouvoir le lui exprimer d'une façon ou d'une autre.

Il se reprend, explique comment ça va se passer ("on va faire une pause après chaque épisode pair"), le public réagit ("ouais, c'est pas faux!" "Levez la main, ceux qui n'ont pas compris!" lance A. Astier)...
Le but n'est pas de faire long, il y a 6 épisodes à voir (de 45 min environ chacun), avec les pauses, ça fera près de 6 heures! (ouais, même que ceux du soir, ils ont eu droit à 7 épisodes, et à tout le 'cast' - enfin une bonne partie - présent dans la salle. Mais bon c'est pas grave, ça valait le coup quand même!)

Que dévoiler, de ces 2/3 de l'ultime saison télé de Kaamelott?
Rien, je ne voudrais pas faire un compte-rendu avec spoilers! :-)
Disons, pour ceux que ça intéresse, que cette 'prequel' comme on dit (pas sûre de l'orthographe par contre) se passe donc essentiellement à Rome (pour les 6 premiers épisodes), où l'on suit la jeunesse et surtout l'ascension d'Arturus, qui de simple soldat de la milice urbaine, va devenir chef de guerre (dux bellorum), par jeu de magouilles politiques d'un sénateur qui tire les ficelles, qui veut reprendre le royaume de Bretagne au lieu de stagner au pied du mur d'Hadrien, et qui se dit que pour ça, il faut propulser un Breton à la tête du dit-royaume, breton qui sera accepté des autres clans à cause d'une vieille légende, une histoire d'épée dans un rocher.
En parallèle, on découvrira aussi la jeunesse des autres protagonistes de Kaamelott, dans leurs régions respectives, avant qu'ils ne deviennent les chevaliers de la table ronde qu'on connait.
Festival de perruques pour rajeunir tous ces héros, avec des coupes improbables, je vous dis pas!

Ce qui est sûr, c'est qu'Alexandre Astier a à nouveau réussi à "pousser les murs" de son format, comme il dit, et qu'il est prêt pour le cinéma!
Ce livre VI est magnifique sur grand écran, décors somptueux (ils ont tourné notamment à Cinecittà), lumières, costumes. Au talent des acteurs habituels de la série s'ajoute celui de nombreux 'guests' bien choisis et bien dirigés (Pierre Mondy, Patrick Chenais et Tcheky Karyo pour citer les plus connus, mais Emmanuel Meirieu par exemple est super aussi!). Les musiques sont aussi excellentes, en tout cas j'ai trouvé quelques moments dans les premiers épisodes où la musique renforce à merveille l'action et est très bien utilisée.
L'intrigue est aussi drôlement bien menée. Il y a de l'action, du suspense, des rebondissements. Et surtout, un passé qui se construit pour tous ces personnages qu'on a appris à connaitre au fil des autres livres. Révélations, explications, éléments inattendus... Tous cela éclaire différemment les personnalités et donne du coup de l'épaisseur à tous ces protagonistes qu'on croyait connaitre. Tout est crédible, il y a peut-être l'une ou l'autre petite incohérence parfois, mais bon, dans l'ensemble, ça tient la route, et c'est surtout très bien construit et bien induit, on découvre petit à petit les éléments qui expliquent les réactions de tel ou telle.
Seule éventuelle réserve (pour ne pas tomber dans la louange complète!).... Alexandre Astier n'est peut-être pas hyper doué pour raconter les histoires d'amour, ou en tout cas leur naissance, donc là... Peut-être qu'il aurait pu étoffer un peu plus les rencontres entre 2 personnages avant qu'il ne soit question d'amour... Et peut-être aussi que question "elapsed time" (sorry j'ai pas trouvé d'équivalent français, défaut d'informaticienne!) il a pris quelques libertés aussi parfois. Ou alors il ne faut pas toujours 30 jours pour faire île de Bretagne - Rome !
Mais bon... je ne lui en tiendrai pas rigueur, perso! :-)
Ca se remarque à peine!

Ah oui, j'allais oublier : magie Kaamelott, effet 4 : imaginez (mais c'est difficile, moi, sans l'avoir vécu, je crois que j'aurais pas pu!) que vous soyez dans une salle immense (2500 personnes si j'ai bien capté), et qu'à chaque moment où vous riez, vous entendiez de l'écho... imaginez qu'à chaque fois que vous réagissez sur un élément, tout le monde autour de vous fasse pareil.
Rires, applaudissements, ovations à l'apparition de personnage... une salle entière qui réagit à l'unisson et sans modération. C'est presque incroyable. C'était pourtant vrai. Et comme Alexandre Astier a glissé pas mal de clins d'oeil pour fans plus ou moins avertis dans ce livre VI, des réactions, il y en a eu. Des futures répliques déjà cultes sur les forums pour ceux qui y étaient, aussi. Des scènes forcément d'anthologie... De l'humour aussi beaucoup, retour à plus de légèreté après le livre V bien sombre. Le ton est vraiment très Kaamelott, dans ce livre VI!
Bref, avec tout ça, j'ai vraiment compris pourquoi on parlait de 'communauté de fans'. Et le pire, c'est que j'en fais partie! :-)

Après tout ça... On aurait bien aimé ré-acclamer Alexandre Astier, mais il ne s'est pas repointé. Pas la peine de crier 'Révolte!' ou 'On en a gros', rien n'y a fait. Frustrant? Un peu, mais il en fallait plus pour ternir une journée pareille!
Alors, en sortant, je retrouve (tant bien que mal) mes 3 comparses. Qui ont filé vers le Mac Do d'en face, tenaillés par une fringale (faut dire qu'on n'a pas mangé des masses pendant ces 6 h!)...
Et là... Magie Kaamelott, effet 5 ! Tiens, au milieu de ces forumeuses burgondes 'forempoms', c'est Guillaume Briat, qui interprète le roi burgonde, justement! Et... ça alors, mais que fait Lancelot du Lac au Mc Do?? Pourtant oui, c'est bien Thomas Cousseau. Bon ben... j'l'aurai pas pris pour rien, mon bouquin, finalement! :-)
Petite dédicace, petite papote, pas trop, il y a du monde. Petit sourire aussi à la lecture de la dédicace de Thomas Cousseau, je lui sors le contexte de l'épisode du tac au tac... Etonné et content, eh oui je suis une vrai fan. Au passage, que je vienne de Belgique semble l'étonner ... Pourtant Paris-Bruxelles, c'est pas très loin!
Grande gentillesse de ces deux messieurs. Je me retrouve, un peu plus tard, à manger mon hamburger (à quoi déjà?), froid (évidemment, il a attendu là !), en regardant Lancelot de profil et en me disant, "punaise, il a vraiment de super beaux yeux!) :-)
Encore un peu dans les nuages, encore beaucoup dans l'histoire du livre VI aussi (parce que 6h sur grand écran, ça vous plonge dans un autre monde!), je repars vers le métro...
Tiens... C'est pas Bohort qui arrive, là, enfin, Nicolas Gabion? Il est pressé, pas le temps de signer, il est en retard pour la séance du soir, et si j'ai bien capté sa copine l'attend (ça me fait penser à quelqu'un d'autre ça tiens! ;-) ) ... mais il prend le temps de s'arrêter un peu, s'excuse et me gratifie d'une accolade appuyée, "de tout coeur vraiment"... Ils sont chous ces acteurs ! :-)

Mon Thalys n'est même pas en retard, le métro me fait perdre moins de temps au retour.
Je regagne mon chez-moi...
Franchement, si vous avez tenu jusqu'ici et lu ce compte-rendu, vous comprenez pourquoi je n'ai pas envie d'en sortir, de ce monde Kaamelott?! :-)
L'esprit encore un peu là-bas... je fais un gros bisou à mes 3 comparses qui m'ont accueillie parmi eux avec tellement de gentillesse et de spontanéité... Je suis sûre qu'on se reverra!

Je souhaite à tous les fans de quelque chose de vivre de pareils moments de communions, et j'en profite pour glisser à Alexandre Astier un immense bravo et un immense merci pour tout ça, parce qu'il a du talent et du génie (même s'il ne lira jamais ces lignes - ben quoi, la dernière fois que j'ai écrit ça, hein... ;-)) )

Belle semaine printanière à vous!

Mary