Coucou tout le monde!

Euh, non, je n'avais pas perdu le chemin de ces pages! Ni le mot de passe!

Eh oui, j'ai déserté ce blog ces dernières semaines, c'est pas bien...
Mais bon, d'une part, j'ai consacré un peu de temps à écrire autre chose... J'vous mets un lien bientôt...

Et d'autre part?
Bah d'autre part, la fin de la campagne et l'après 7 juin m'ont laissée... perplexe. Et un peu démotivée, enfin...
Pas comme la majorité des gens, par contre. Mais un peu,... disons, déçue.
Et persuadée qu'il faut changer le système d'élections dans ce pays (mais si!)
Allez, j'vous explique tout ça! (en 2 billets parce que c'est trop long, 2ème partie à suivre prochainement!)

Je vous avais laissés en pleine campagne, enfin, non, vers la fin quand même...
Après qu'Elio ait déclaré qu'il ne gouvernerait pas avec le MR.
J'vous avais dit que c'était la meilleure chose à faire, probablement... Et visiblement j'avais raison.
Surtout que Reynders n'ayant pas pigé que ne pas développer du tout son programme c'était too much, et que Javaux ayant décidé de 'flouter' (comment on dit 'rendre floue' mais en un verbe?) la fin de campagne en laissant entendre une alliance possible Ecolo-MR... il a plutôt été aidé, ce brave Elio.

Donc moi, face à cette fin de campagne tout en affrontements et autres petites phrases, j'ai surtout voulu me plonger dans la lecture d'un programme, et les propositions / priorités des candidats (nombreux pour Bruxelles!!!) d'un parti, histoire de décider pour qui précisément j'allais voter (bah oui suis pas branchée vote en tête de liste moi!).
Et ça m'a pris un peu de temps, du coup, il était trop tard pour partager le résultat avec vous ici. D'autant que je ne l'ai fait que pour un parti, puisque son programme continuait à me convenir, ça aurait été de la propagande, ne vous parler que d'un parti ici, non?

Bref... Donc, le 7 juin, nous avons tous été voter.
Et puis... Ben, c'est là que ça a commencé à ne plus tourner très rond.
Les Ecolos ont décidé de bouleverser les habitudes et de prendre la main.
MAIS POURQUOI ILS ONT FAIT CA?
(non mais je sais, pour s'affirmer, pour insister sur le fait qu'ils avaient gagné, pour avoir la main, du coup, et pour blinder leur participation aux gouvernements en 'scotchant' le cdH à eux, évitant une reconduction de la majorité sortante en Wallonie.) Vous allez me dire que de toute façon, PS et MR s'étant mutuellement exclus, c'était d'Ecolo et du cdH que le choix devait venir... Ben justement, pourquoi ne pas attendre un peu et jouer les arbitres?
Là, ça a juste donné l'impression que leur 'victoire' leur montait à la tête, et qu'ils se prenaient pour les maîtres du monde (euh oui c'est un peu fort... les maîtres de la politique en communauté française?)

J'en ai pas mal discuté autour de moi, et je connais pas mal de gens qui ont été choqués.
OK, ça change, ça modifie ce qu'on a toujours fait... dans l'absolu c'est pas mal, mais...
Mais la façon dont les medias, aussi, ont relayé tout ça, ça avait de quoi agacer.
Ce qui passait mal? Ben... cette manie de vouloir 'interpréter' les votes.
Les gens ont voté le 7 juin. Mais le vote est anonyme et non motivé. Donc, par définition, à part compter le nombre de sièges dévolus à chaque parti à Bruxelles et en Région Wallonne, je suis désolée, mais on ne peut rien tirer comme 'info' du résultat d'une élection.
Or là, on a entendu quoi? Les gens ont voté pour le changement, (euh oui, mais lequel, aurais-je envie de demander?) et écolo a gagné.
Ben oui, mais non. Pas forcément. Et je connais pas mal de gens (moi aussi d'ailleurs, jusqu'à lundi dernier!) qui se sont sentis exclus de ces analyses, comme s'ils ne comptaient pas, comme s'ils avaient voté 'pour rien'.
Je pense à un collègue en particulier, qui, votant à Bruxelles, a choisi le PS pour la 1ère fois, peu importe pour quelles raisons... Eh bien lui, clairement, il est exclu de toute analyse. Personne n'est supposé être 'passé' au PS si vous écoutez les commentaires et analyses: vote de changement, sanction du PS. Point barre!
Un peu court quand même, non?

Prenons la 'victoire' d'Ecolo. Victoire par rapport à quoi?
Par rapport aux régionales de 2004. Oui, mais ils s'étaient pris une branlée électorale à l'époque alors forcément ils devaient remonter...
Si le vainqueur d'une élection, c'est celui qui a fait la meilleure progression, ça implique 2 choses:

  • il suffit à un parti de se prendre, sciemment, une défaite électorale à une élection, pour gagner la suivante en retrouvant simplement son niveau 'normal' (ou comment permettre à la politique de s'auto-réguler, après tout ça permettrait une saine alternance, non?)
  • la voix d'un électeur qui change d'avis d'une élection à l'autre compte plus que la voix de celui qui vote toujours pour le même parti, puisque ce dernier ne contribue pas à amener une progression pour un parti (à partir de maintenant, je vais faire une tournante et voter pour un parti différent à chaque élection, comme ça je pourrai intervenir dans le jeu!)

Bref, vous avez compris, j'ai un problème avec cette définition de 'victoire'. Clairement, écolo a fait une belle progression en partant de très bas. Mais si on veut rester dans une logique de démocratie, le vainqueur, c'est celui qui récolte le plus de voix. Donc, le PS en Wallonie, le MR à Bruxelles.
Evidemment, on peut voir les choses autrement... mais pourquoi une victoire correspondrait-elle à une progression par rapport aux dernières élections? Et pourquoi ne pas comparer aussi par rapport aux élections fédérales? Y a-t-il vraiment une différence de vote significative entre ces 2 niveaux? (pour les communales je dis pas, mais région / fédéral, moi j'ai pas l'impression de voter très différemment!)

A la limite, on pourrait envisager de définir la victoire par rapport à un objectif fixé en début de campagne. Mais on ne les connait pas officiellement, donc difficile à dire...
Même si j'aurais tendance à penser que...

  • le PS visait de redevenir 1er parti en Wallonie, et l'espérait en Communauté Française ... et avait pour objectif de limiter les pertes par rapport à 2004 où leurs résultats étaient quand même assez exceptionnels il me semble.
    ==> on peut clairement considérer que l'objectif a été atteint! (comme dirait Bénabar, 'c'est l'effet papillon' ! Elio a bien joué le coup, et bien rassemblé.)
  • le MR visait, lui, de conforter sa place acquise aux fédérales de 2007, de 1er parti en communauté française et à Bruxelles, et espérait aussi prendre la tête de manière plus franche en Wallonie (il me semble qu'en 2007 c'était de très peu non?)
    ==> là, c'est plutôt loupé! Même si Didjier et ses sbires répètent qu'ils voulaient surtout redevenir premier parti à Bruxelles... on peut facilement imaginer que la Wallonie était sensée tomber aussi! Donc, loupé! Mais Didjier reste président et ministre des finances, malgré des ouvertures vers Ecolo pour le décumul (enfin, Joëlle aussi pour l'instant elle reste à ses postes...). Faut croire que député et bourgmestre, c'est trop de boulot, mais ministre et président de parti, non... Z'ont des drôles de logiques des fois nos politiciens quand même, non?
  • Ecolo visait... difficile à dire en fait! Moi, à ce que j'ai entendu, écolo visait les 20... sièges en Wallonie ! Un peu ambitieux, peut-être, non? N'empêche que j'ai la nette impression qu'au vu des sondages, les écolos visaient plus que ce que qu'ils ont finalement fait.
    ==> bon, on va pas pinailler, ils ont quand même pas perdu! Mais je pense que la victoire ne fut pas aussi éclatante qu'espéré (ils deviennent 3ème parti, et tournent autour de leurs scores de 1999 je pense, en gros...)
  • Et le cdH? Euh... J'imagine qu'au vu des sondages surtout, les humanistes espéraient surtout se maintenir et stabiliser leur score, sans plus... Ne pas perdre, ou pas trop... Enfin j'en sais rien, j'étais pas dans la confidence, mais vu leur enthousiasme pendant la campagne et leur haine des sondages... je suppose qu'ils ne visaient pas autre chose qu'un status quo.
    ==> donc on peut dire, objectif atteint! Pas vraiment d'érosion, et même une petite augmentation à Bruxelles!

Donc, j'en arrive à.. PS et cdH grands gagnants?
Comme quoi, finalement, pas difficile de dire que tout le monde a gagné, au moins quelque part.
Tout dépend du point de vue duquel on part!
Mais comme je continue à penser qu'une voix = une voix, qu'elle change de parti ou pas, je penche pour l'interprétation 'PS vainqueur en wallonie, MR à Bruxelles'.
Et persiste à dire qu'Ecolo n'aurait pas dû prendre la main!
Non parce que vous imaginez... Je crois que si on prend les sièges "nva" de l'ex-cartel en 2004, et ceux que la nva a récupérés (seule) cette fois, la progression est importante aussi, non?
Vous imaginez si Bartounet s'était déclaré vainqueur en terme de progression, c'est lui qui aurait formé le gouvernement flamand! Je suis sûre que Krisje aurait été ravi!

Donc, les écolos ont pris tout le monde de vitesse, et a lancé les discussions avec le cdH.
Histoire de faire enrager les 2 autres grands partis et leur faire perdre un peu d'arrogance, histoire de se venger d'une campagne bipolarisée, histoire de rétablir l'équilibre?
En tout cas, je persiste à dire que j'ai pas compris la manoeuvre, et que pour moi, elle mettait juste écolo en porte-à-faux, en l'obligeant à assumer un choix qui, de toute façon, ferait des mécontents, et en mettant en évidence le grand-écart de la campagne: prise de position claire par Ecolo Bruxelles pour la reconduction d'un Olivier si c'était mathématiquement possible; flou artistique voire tendance à privilégier une alliance avec le MR en Wallonie.

Du coup, pendant une semaine, on a eu droit à plein de manoeuvres de séduction (et c'est peut-être le seul élément amusant de toute cette histoire!) ... J'ai entendu la chanson de Grégoire hier, et comme une coalition, c'est une somme de sièges, j'imaginais Elio et Didjier chanter à Jean-Mi: "toi + moi, + elle, ..."
Faut que j'arrête de regarder la caricatures de Kroll, je viens de me dire que j'étais un peu dans le thème de celle du Télémoustique, en plus soft! (à dénicher ici! Pour l'instant sur la 1ère page mais j'imagine que ça va reculer avec le temps!)
Non, plus sérieusement, entendre Elio prôner la bonne gouvernance, la transparence, le décumul et prêt à montrer l'exemple, entendre Reynders reconnaître son arrogance, se réconcilier avec Joëlle, et clamer qu'il veut bien plus d'écologie, plus d'état, plus de social et plus de mixité à l'école... C'est marrant.
Ou pas... Les mauvaises langues diraient qu'ils sont juste prêts à tout pour le pouvoir!

Finalement, le conseil de fédération d'Ecolo a tranché: on tentera de planter un Olivier (mais non pas Maingain, c'est pas parce qu'il y a 'main' dans son nom et qu'ils l'avaient prise, ça n'a rien à voir!)...
Pas forcément de gaité de coeur pour certains, mais bon...
En même temps, fallait rester réaliste, les déçus qui se sentent trahis apprendront peut-être, pour la prochaine fois, à lire le programme avant de voter pour un parti, plutôt que de se baser uniquement sur des déclarations mettant en exergue un tiers du programme environ.

C'est le point positif... depuis lundi passé, grâce à Javaux, j'existe! Enfin, mon vote existe. Je fais partie des 8 ou 10 % d'électeurs 'de base' d'écolo, ceux que Jean-Mi n'a pas voulu décevoir, ceux qui voulaient voter pour un parti 'vert' et pas 'lavant plus blanc' et qui attendent donc aussi, et surtout, que la partie 'écologie' du programme soit mise en oeuvre.
Allez, finalement, si le but de cette décision, c'est de mettre en oeuvre la plus grande partie du programme des Verts, et donc de prouver aux nouveaux électeurs que les Ecolos peuvent faire avancer les choses, c'est très bien.
Et on s'en fout, si le score diminue aux prochaines, parce que les votes 'rejets' seront partis au MR. Ce qui compte c'est d'élargir la base de vrais électeurs convaincus, de fidéliser cet électorat fluctuant (j'ai pas dit clientéliser, hein!!! 'tention, c'est pas pareil!!!), qui soutiendra les actions d'Ecolo, et tant pis pour les girouettes.

Bon j'vous avoue (comme dirait l'autre) que y'a quand même un souci avec cet Olivier...
Ben oui, ça implique des négociations Elio-Jean-Mi, ça, non?
Et donc... comment ils vont faire, dans 'Sois belge et tais-toi', pour mettre ces deux-là face à face?
(Bah, en même temps, avec tout ce qu'il est capable de faire, Baudouin Remy arrivera peut-être à se dédoubler, non? ;-) )

Il n'empêche, et pour redevenir 2 secondes sérieuse, ces élections m'ont presque convaincue qu'il faut changer le mode de scrutin en Belgique...
Comment? Je vous en parle tout bientôt dans un nouveau billet!
Là, il est tard!

Bonne nuit les petits, et bonne semaine à vous!

Mary